L’E-commerce ne connaît pas la crise !

Et ben voyons, on demande à voir ça ! Ah tiens, une vidéo explicative de deux minutes qui nous explique pourquoi. Chouette, je vais pouvoir devenir incollable devant mon supérieur lundi au travail. Pour couronner le tout, elle a l’air d’être esthétiquement réussie !  « Esthétiquement réussit », c’est là que le bât blesse.

Déja, cette vidéo n’est pas explicative. Elle rentre plus dans les clous d’une simple vidéo de présentation (data visualisation: Elle expose des chiffres). De plus cette vidéo est très représentative d’une difficulté que rencontre notre société face à l’évolution technologique et numérique. Toujours en quête d’une perfection plastique encore plus sophistiquée, beaucoup semblent avoir perdu de vue le contenu.

Aujourd’hui, triste de constater que cette pratique est à la hausse dans le motion design et notamment dans la vidéo explicative. A force de courir après la perfection esthétique, beaucoup de créatifs oublient le principal de cet outil numérique: « expliquer » ou « informer » de façon intelligible. Certes, cette vidéo sur l’e-commerce parait au premier abord réussi, grâce à de nombreuses animations à l’écran, mais à force de trop en faire, on perd l’essentiel du message.


Je m’explique : il y a malheureusement beaucoup trop de détail à l’écran et notre attention se perd sur des choses inutile alors qu’elle devrait se fixer sur les éléments importants (les chiffres clefs, les arguments, etc.) Le temps de chaque plan est trop court, difficile pour un œil qui n’est pas habitué à la vidéo explicative d’intercepter en si peu de temps autant de messages. Sans oublier que deux minutes, c’est long, le cerveau fatigue et avec autant d’informations en si peu de temps, on prend le risque de perdre l’attention du spectateur. De plus, le sens de lecture n’est parfois pas respecté ; les arguments, phrases, chiffres clefs arrivent de façon désorganisée et se superposent même parfois. Problématique, quand on sait que la vidéo explicative est un outil qui vise à simplifier au maximum un message et non pas à en faire un puzzle énigmatique ou une épreuve de concentration. Cela nous donne parfois même l’impression que les phrases perdent leurs sens, à cause notamment de polices d’écriture pas assez explicite et des phrases inachevées. Comme le fait d’oublier les unités de mesure après des nombres par exemple: « L’e-commerce c‘est 1045 milliards, in the world ». Rassurez et moi et dites moi que ce n’est pas 1045 milliards kilos de choucroute ! Bon j‘y vais un peu fort, des billets viennent dans cet exemple précis illustré la phrase, mais quand même, ça ne coûte rien de le rajouter. Et oui le sens des mots à de l’importance dans une vidéo comme celle-ci, surtout qu’elle ne possède pas de voix-off. Toute notre attention est donc concentrée sur le visuel !

Pour conclure : en relisant mon article, je viens de me rendre compte que je n’étais pas forcément très bien luné ce matin. Mais bon, on est quand même des professionnels de la vidéo qui explique non ?!

La réussite d’une vidéo en motion design ne découle pas seulement de la forme, mais d’un parfait équilibrage entre esthétisme et contenu. Le but n’est pas de faire compliqué, mais bien de rendre la chose la plus simple possible par une explication claire et une animation adaptée !

Et comme disait l’écrivain et peintre franco-russe Wladimir Wolf-Gozin :« La simplicité est l’habit de la perfection. »