Minimalisme : en montrer moins, pour expliquer mieux ?

Pourquoi une vidéo explicative minimaliste ?

Informer, simplifier, former, vulgariser… Bref, expliquer. Pour cela, on se tourne souvent vers une vidéo explicative en motion design :
C’est tout un éventail de signes, de symboles, de typographies, de compositions, de mouvements et de techniques à disposition. On peut les combiner à l’infini pour s’adapter au message et composer une vidéo pédagogique unique.

C’est chouette mais il y a de quoi y perdre la tête… A trop en faire on peut vite perdre son message et son auditoire ! C’est pourquoi  les agences de vidéo explicative choisissent parfois d’appliquer le précepte mondialement célèbre de Mies Van Der Rohe : « Less is more ». Mantra du design minimaliste, sa philosophie consiste à réduire le plus possible les éléments nécéssaires à la compréhension du message.

Ah… Donc en fait, on perd des choses ?!
Mais alors, qu’est-ce qu’on y gagne ?

Quand la forme simplifie le fond

Souvent, on imagine que le plus efficace pour expliquer quelque chose, c’est une mise en situation. Mais que nenni ! Ce n’est pas en regardant Dr House qu’on obtient un diplôme de médecine ! Selon le sujet à expliquer, faire appel à des symboles, des pictogrammes, des références ou des schémas s’avère plus efficace.

Adieu les multiples personnages et autres décors soignés : Moins il y a d’éléments à l’écran, plus ils paraissent importants, et plus ils sont lisibles. Il s’agit donc d’imaginer des façons de rendre un sujet visuel et clair avec peu de moyens graphiques.

Par exemple, cette vidéo qui explique le fonctionnement innovant de Fontstand est dessinée en noir sur blanc, avec le moins d’éléments de contexte possible. Ça permet de mettre des images claires sur un concept un peu abstrait.

Le problème de la représentation

En utilisant la géométrie ou la simplification, on s’éloigne du réel et on s’épargne quelques soucis (et ça, on adore !). Par exemple, un décor ou des personnages trop détaillés perdront toujours une partie du public : On ne se ressemble pas tous, on ne vit pas tous les mêmes choses au même endroit, et par conséquent, on ne s’identifie pas aux mêmes personnages ! Pour certains sujets, parier sur un effet d’objectivité et de distanciation, c’est tout benef’.

Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi les sujets délicats, ceux auxquels on ne veut pas donner de visage trop précis. Les sujets sociaux, difficiles à aborder, gagnent à ne pas mettre en scène des personnages trop réalistes : On risque d’un côté de discriminer, ou au contraire d’invisibiliser. Alors mieux vaut faire preuve de délicatesse et ne pas renforcer les stigmates !

Dans l’exemple ci-dessous, les candidat·e·s humain·e·s sont symbolisé·e·s par des billes, évitant ainsi d’accoler des caractéristiques de genre, d’âge, d’éthnie, de physique ou de handicap à des problèmes particuliers.

 

Espace de stockage disponible

Comme un ordinateur, nous avons une mémoire vive limitée. Spontanément, il est plus facile de retenir quelques dates-clés plutôt qu’un siècle d’histoire. Choisir les informations importantes et les énoncer clairement vous assure de vous en souvenir. Une vidéo en motion design minimaliste sera elle-aussi plus facilement mémorisable.

Avec cette technique, on peut associer un symbole à une information. Bien choisi en fonction de la cible, il servira de moyen mémotechnique. Eh oui, plus facile de retenir le code de la porte quand c’est 2018 plutôt que 4365.

Symbole végétal + crâne = poison
Ci-dessus, le contraste de l’opposition végétal comestible (=vivant) avec le crâne (= mort) crée une image marquante du concept de poison.

Enfin, à l’heure où la vidéo envahit les internets, une vidéo explicative minimaliste est un bon outil pour se différencier !

Le mot de la fin

En résumé, il y a beaucoup d’avantages à simplifier la forme d’une vidéo en motion design.
Néanmoins, il faut être sûr que votre langage corresponde à la cible, et que la conception soit assez soignée pour que le moins soit un vrai plus. Sinon, l’explication pourrait simplement devenir… insuffisante.
Allez, au ménage !

«La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. »
Antoine de Saint-Exupéry.

Pour en savoir plus…

Mies Van Der Rohe, l’architecte à l’origine de Less is more sur France Culture
La vidéo Fontstand – Introduction par le studio Parallel production
La vidéo de Pitches qui explique le projet de Vidéo-CV de Pass Rhône-Alpes
La vidéo Colorscope : Green de Jorge R. Canedo E. pour CNN
Couverture de l’article : La vidéo typographique et géométrique Netflix recommanded TV par le studio IV