Focus sur l’isométrie

Pour introduire notre sujet, nous avons mis en avant cette vidéo explicative.

On ne présente plus le géant pétrolier Total, qui fait partie des plus grosses entreprises du secteur. Pourtant, on ne connaît très peu ses services et métiers. Et oui pour la plupart d’entre nous les connaissances sur Total s’arrêtent précisément là où le réservoir d’essence se remplit. Bref, pour communiquer auprès de ses clients et prospects, Total a tout intérêt à redoubler d’efforts. Notamment en utilisant des styles graphiques qui permettront à l’entreprise de se démarquer.

Exemple ici, avec une vidéo sur le service Total gaz.

Cette vidéo en motion design mélange plusieurs techniques intéressantes : la data visualisation tout d’abord (mettre en relief des chiffres clefs), mais aussi l’isomoterie. Très peu utilisée dans la vidéo explicative, l’isométrie commence à montrer le bout de son nez dans des vidéos d’entreprises. Pourtant, cette technique a plus de 400 ans ! Explication.

Qu’est-ce que l’isométrie ?:

L’isométrie, c’est la représentation d’un objet où le point de vue est légèrement latéral et élevé par rapport à la ligne de sol. La perspective isométrique est une méthode de représentation en perspective dans laquelle les trois directions de l’espace sont représentées.

Histoire:

Dès l’Égypte ancienne, le mode de perspective représentera toujours le pharaon beaucoup plus grand que ses sujets, même si la scène se déroule sur un même tableau les paysans, les esclaves et les prisonniers seront représentés en taille encore plus réduite. Avec l’isométrie, on peut se jouer de tout ! C’est la Renaissance qui va faire réellement naitre la perspective et la profondeur. C’est une véritable fracture dans l’art, car désormais, la représentation graphique va tendre à restituer « ce que l’œil humain voit » et non plus « ce qu’il est imposé de voir ».

De nos jours, l’isométrie est souvent utilisée par les architectes.

Giotto-annonciation-ste-anne

                                                                                            Oeuvre isométrique pendant la Renaissance

L’isométrie sera aussi utilisée dans les jeux vidéos à l’époque où les ordinateurs n’ont pas assez de puissance de calcul. En l’an de grâce 1980… (c’est loin et proche à la fois non?) L’utilisation de graphismes isométriques dans les jeux vidéo a commencé avec l’apparition de SEGA . Par la suite, bon nombre de jeux ont été réalisés sur les bases de l’isométrie comme les jeux de plateformes (Age of Empire, Diablo, ou encore les Sims ou Sim city). Désormais, on retrouve beaucoup de ces divertissements sur consoles portables ou encore sur les jeux mobiles.

220px-QbertSim_City_4_screenshot

705a0aa4782a2719fc60d0bdc2440ebb.media

le jeu Zaxxon sorti en 1982                 Dofus jeu en ligne en isométrie avec près de 3,5M de joueurs            Sim City 3, jeu de gestion en Isométrie

L’isométrie de nos jours :

Son utilisation dans la vidéo explicative est, quant à elle, bien plus récente. Jouissant d’un phénomène de mode, celui du retour à des ambiances plus « vintage » l’isométrie s’impose aujourd’hui dans la vidéo en motion design et devient même un style à part entière.

 

 

Pourquoi ?

Parlons de ce style en se concentrant seulement sur l’esthétisme. Il faut reconnaître que le retour vers des styles plus élémentaires, c’est chouette. Tout simplement parce qu’un graphisme plus sommaire simplifie le message. L’espace représenté est plus grand que sur une vidéo en 2D. En termes de dimensions, l’isométrie permet de reproduire une entreprise tout entière, une ville ou même un territoire. En tant que spectateur, l’isométrie nous permet de prendre de la hauteur, du recul sur les choses et on a l’impression de comprendre beaucoup plus facilement des sujets complexes. En reprenant les codes de certains jeux vidéos comme Simcity, elle permet à certains d’entre nous de replonger dans l’enfance. L’univers coloré de la vidéo en isométrie nous permet également d’accrocher plus facilement au support. L’isométrie permet de se jouer des formes des personnages par exemple, mais aussi des proportions des objets ; ainsi, un personnage peut être aussi grand qu’une montagne, tout dépend du style visuel que l’on veut donner à la vidéo ou du message que l’on veut délivrer en procédant ainsi.

WORK-CEGID-final

 

Ça me donne presque envie de vivre dans un monde en isométrie pas vous ?